Road trip en solo en Suède

A chaque année son défi. Cette année, je voulais expérimenter le voyage en solo. Pour certains ce n’est rien, pour d’autres ça semble inimaginable. Loin d’être une grande solitaire, j’avais tout de même envie de tenter l’expérience, au moins une fois dans ma vie.

J’avais déjà côtoyé la solitude au Canada puis deux ans plus tard au Pérou lors de mes expériences à l’étranger. Mais à chaque fois je l’avais subie, prise en pleine face et n’avais pas vraiment su comment la gérer. Cette fois, je voulais la confronter en connaissance de cause, voire même l’apprivoiser, apprendre à profiter de ces moments de liberté.

Pourquoi la Suède?

A la base je devais partir en Iran – rien à voir me direz-vous, mais pour de multiples raisons et malgré le Lonely Planet déjà installé sur mes étagères j’ai dû changer de destination. Ni une ni deux, on ne perd pas de temps. On prend la carte de l’Europe et on commence à chercher LA destination pour les vacances d’été.

Mes envies :

  • Ne pas avoir trop chaud (coucou la pro des insolations)
  • Visiter au moins une ville cool
  • Découvrir de beaux paysages
  • Prendre un max de photos

Retourner en Ecosse m’a traversé l’esprit car ce pays est sans doute le plus beau et le plus photogénique qu’il m’ait été donné de visiter. Mais j’avais peur d’être vraiment seule au monde pendant 10 jours. J’ai également pensé à l’Irlande mais mon choix s’est finalement porté sur la Suède dont j’avais très envie de découvrir la capitale et la nature grandiose.

Jours 1 & 2 : Stockholm

A peine arrivée, une certaine zenitude s’empare de moi. On m’avait prévenue, en Suède c’est cool raoul. Et en effet, ils font tout pour mettre à l’aise. Il y a même des bruits d’oiseaux diffusés dans l’aéroport !

Stockholm est un ensemble d’îlots au cœur d’un vaste archipel formé de milliers d’îles de toutes tailles ! Egalement bordée par le lac Mälar, on comprend vite que l’eau a une importance ici.

Les îlots principaux de Stockholm sont reliés les uns aux autres par des ponts et constituent les quartier de la capitale. Il s’agit de Gamla Stan (la vieille ville), Norrmalm (le quartier des affaires), Djugarden à l’est où l’on trouve nombre de parcs et de musées et Södermalm au sud, le quartier hype depuis quelques années.

Une fois mes affaires installées à mon auberge, je fonce admirer le coucher de soleil le long de la mer baltique. Quel spectacle ! Les couleurs aux tons rosés promettent de belles photos pour les jours à venir.

Pour ma première vraie journée en ville, je cavale pas mal : je commence par un footing vers Djugarden où je retournerai dans la journée pour profiter du Rosen garden. Un vrai petit paradis.

Entre parc, pommiers, serres, boutique de déco et petit café trop mignon je trouve ici mon quota d’ombre et de quoi me sustenter pour le goûter, communément appelé Fika en Suède. Energy balls, cookie ou célèbre Kanel Bulle (sorte de cinnamon roll), il y en a pour tous les goûts !

J’ai également profité de la proximité de mon auberge avec la bibliothèque nationale pour la visiter. Elle a la particularité d’être de forme circulaire. Sa visite vaut le détour !

Je terminerai ma journée dans la vieille ville, Gamla Stan. Plus « typique », avec ses allées étroites, ses maisons colorées et ses rues pavées, elle correspond plus à nos habitudes architecturales en tant que latins.

Ce qui m’a marquée à Stockholm ?

Les gens sont calmes et on n’a pas l’impression d’être dans une capitale. Est-ce parce que j’y suis allée en été ? L’omniprésence de l’eau, le gigantisme des bâtiments, les nombreux espaces de verdure, et les rues souvent très larges donnent une atmosphère particulière à la ville.

Jour 3 : Île de Finnhamn

Réputée pour son archipel, je ne pouvais pas visiter Stockholm sans prendre une fois le bateau. Les îles étant si nombreuses, il faut faire un choix. Le mien se portera sur l’île de Finnhamn réputée pour ses jolies plages et son côté sauvage.

 Il me faudra près de 3heures de bateau quand même pour l’atteindre ! En chemin, on dépose des passagers sur chacun des îlots. Une fois arrivée à bon port, je me précipite vers le café, fortement recommandé dans les guides. Et je ne serai pas déçue ! La vue est incroyable et le saumon savoureux.

Premier restaurant en solo. Pas de problème, voyager seule à ses avantages : on trouve toujours une super place dans le bateau où personne ne peut s’assoir car trop nombreux, on a toujours une petite table disponible… Une fois repue, je m’aventure sur l’île sans plan ni instruction. A l’arrache comme dirait l’autre. Et les panneaux directionnels ne sont pas d’une grande aide^^

A force de me promener sur les sentiers plus ou moins balisés je finis par tomber sur des petites pépites : au fond d’un camping, au bord d’une plage, seule sur mon rocher. Lecture, session de yoga improvisée et courte baignade (j’ai pas méga confiance dans les eaux sombres) seront au programme de l’après-midi avant de rentrer sur Stockholm.

C’est là que je n’ai clairement pas géré. J’avais envie de changer de quartier et donc d’auberge. Sauf qu’en revenant de ma journée en mer, j’ai dû retourner à l’auberge N°1 chercher mes sacs pour ensuite atteindre mon auberge N°2 à l’autre bout de la ville. Soit près de 7km, le tout à pied, avec toutes mes affaires. De quoi bien abîmer mes pieds, ça m’apprendra à ne pas vouloir prendre le métro !

Jour 4 : Södermalm et le musée de la photographie

Pour mon dernier jour à Stockholm avant de mettre le cap à l’ouest, je consacre ma journée au quartier de Södermalm, aussi appelé Sofo. Bordé par une plage en plein centre-ville, riche en boutiques vintage et petits cafés mieux arrangés les uns que les autres, c’est définitivement LE quartier à la mode dans Stockholm.

Malgré une visite cool avec de jolis points de vue sur Gamla Stan depuis les hauteurs, j’ai trouvé que les différents points d’intérêts étaient bien éloignés les uns des autres. A refaire à vélo ! Plus que chanceuse côté météo avec près de 35° au thermomètre chaque jour, je me réfugie dans le musée de la photographie pour une après-midi au frais. Et quelle n’est pas ma surprise de voir que Paul Nicklen, photographe pour le National Geographic expose pendant l’été.

La ville c’est cool mais ce n’est pas ce que je préfère en voyage. D’ailleurs j’ai du mal avec les photos d’architecture, ce n’est clairement pas mon point fort ! Il est donc grand temps pour moi de louer une voiture et de mettre le cap à l’ouest pour les 4 prochains jours. L’objectif ? Visiter la région du Dalsland, ses nombreux lacs et ses forets ancestrales.

Jour 5 : Orebro et le parc national Tiveden

Sur la route, je décide de m’arrêter dans la petite ville d’Orebro réputée pour son ambiance et ses nombreux étudiants. Clairement en plein été c’est plutôt calme mais au-delà de son château en plein centre-ville, j’ai adoré la balade le long du canal et la découverte d’une sorte d’écomusée : concentré de maisons typiques transformées en boutiques au milieu d’un parc bien entretenu.

L’endroit parfait pour me dégourdir les jambes une heure ou deux. Je reprends la route pour atteindre le parc de Tiveden. Au bout de quelques minutes j’aperçois mes premiers lacs et commence à rouler dans des coins biens paumés. La voilà la Suède dont on m’avait parlé avec ses maisons rouges et jaunes, ses espaces naturels et ses nombreux lacs.

Je m’arrête régulièrement au bord de la route pour photographier les lacs, véritables havres de paix. Personne à l’horizon, le silence, le kiffe !

Mon auberge pour la nuit se trouve dans un cadre incroyable. Si les tarifs avaient été plus abordables, je serai bien restée plus longtemps.

Située à 5 minutes seulement de l’entrée du parc de Tiveden, elle offre un panel illimité de randonnées. De là, on peut même atteindre facilement le lac Unden, top pour admirer le coucher du soleil.

En Suède, on ne le répètera jamais assez, il ne faut pas être trop gourmand en kilomètres. En effet, si les routes sont bien entretenues on roule rarement à plus de 80Km/h ! Arrêts compris, j’ai donc mis une bonne partie de la journée à faire mes 300km qui me séparent de Stockholm. 

Avant de m’endormir, je ckecke les potentiels hébergements pour le lendemain. Beaucoup sont déjà complets. Trop fatiguée, je reporte ma recherche à plus tard. Erreur!

Jour 6 : Direction le Dalsland

Après une bonne nuit, je m’attaque à une petite randonnée au cœur du parc de Tiveden. Je suis littéralement seule au monde, personne à l’horizon. La boucle est hyper bien balisée et ne dure que 3heures. Parfait pour une rando en solo !

Les arbres craquent tel le parquet d’une vieille maison, j’adore ! Après une longue traversée dans la foret qui me rappelle à quelques moments le GR 20, je longerai deux petits lacs bordés par des nénuphars. A croire que même la nature suédoise a le sens du bon goût et de la déco !

Vers midi, j’ai fini ma randonnée. Je suis prête à reprendre la route. Et c’est tant mieux car je ne suis pas encore arrivée dans la région du Dalsland, tant désirée.

Je roule dans la campagne, plate et majoritairement occupée par les champs de blés et quelques industries, pendant quelques heures avant d’atteindre Upperud. Enfin du relief, de la foret et des lacs. Tout ce que j’aime ! Upperud et Haverud seront mes premiers points de chute. Il suffit de taper « Dalsland » dans google pour se rendre compte du gruyère qu’est la région tant les lacs sont nombreux.

L’endroit sera parfait pour passer les deux prochains jours. Mais maintenant il faut trouver un hébergement… Je roule d’auberge en établissement luxueux et essuie de nombreux refus. Tout est complet. Quelque peu désespérée, je finis par me rendre à l’évidence, si je veux rester dans le coin il va falloir squatter la voiture de loc pour la nuit… Heureusement pour moi, je trouve un camping (sans accueil) où je peux poser ma voiture au milieu des camping-car. Je me sens un peu bouseuse mais l’avantage c’est que je ne comprends rien à ce qu’ils racontent. Ils peuvent donc jaser tant qu’ils le veulent ! Il y a un espace sanitaire avec des douches et de quoi recharger mes batteries, c’est parfait ! Je quitte donc mon abri de fortune pour profiter des lumières du soir, une fois de plus les pieds dans l’eau, ma liseuse et mon appareil photo à la main.

Anecdote du soir : Netflix est mon ami, je mate ma série sur mon téléphone avant de me coucher. Alors que ma portière est pourtant ouverte, j’aperçois un homme en train d’uriner au pied de ma voiture. Lorsqu’il m’aperçoit je lis la gêne sur mon visage. Heureusement ni ma voiture ni mes pieds n’ont été arrosés !!!

Jour 7 : Repos les pieds dans l’eau

Cette journée est sans doute ma préférée, pourtant j’étais vraiment fatiguée ; notamment nerveusement entre la route, l’échec des hébergements et une nuit de m**** à l’arrière de la voiture, les loquets de ceinture dans le dos.

Mais malgré tout, j’ai adoré me retrouver seule face au lever du soleil et à ses couleurs incroyables révélant des petits nuages touffus, à déambuler entre cette multitude de lacs, de pontons plus mignons les uns que les autres, conduire entre toutes ces forets à l’affut d’un éventuel élan (gros échec je n’en ai pas vu un seul), la musique à fond. J’ai adoré me transformer en cliché ambulant de la meuf en plein road trip. Tellement libérateur.

 

Au court de cette journée, j’ai découvert la réserve de Högsbyn au bord d’un lac, pour ne pas changer et le parc national de trestickaln qui borde la frontière norvégienne. Chaque fois les sentiers sont ultra bien balisés, c’est top quand on randonne tout seule !

La fatigue ayant raison de moi, je ne marcherai pas autant que l’avant-veille mais je finirai ma journée autour d’un bon plat de saumon comme ils savent les cuisiner ici, en Suède.

Jour 8 : Retour à Stockholm

Après une deuxième nuit dans la voiture, il est temps de retrouver la civilisation. Cette journée sera sans doute ma deuxième préférée. J’ai décidé de ne pas emprunter le même itinéraire qu’à l’aller et j’ai vraiment fait le bon choix ! En plus, la température a chuté à cause des orages qui menacent. Les couleurs changent du tout au tout et ce n’est pas pour me déplaire. La Suède me dévoile un nouveau visage.

La brume, perchée dans la cime des arbres  donne une atmosphère mystique qui rend la région encore plus photogénique.

 

Le timing assez serré ne me permettra pas de m’arrêter partout où je le souhaitais mais je prends néanmoins le temps de visiter la très charmante Nora. Une énorme glace artisanale plus tard, je reprends la route, il est temps de rentrer !

Jour 9 : Good bye Sweden

Ma dernière journée sera rythmée par mes envies et ma fatigue post 2 nuits dans la voiture + 1 nuit en dortoir à côté de ronflex. J’en profite pour bouquiner (L’usage du monde – Nicolas Bouvier) et écouter les podcasts de l’émission « Je t’emmène en voyage » d’Alex du blog Vizeo. Je flâne de café en café, bave devant les vitrines des boutiques de déco et visite … le métro ! Et oui, les stations de métro de Stockholm sont dignes d’œuvres d’art. Les fresques murales sont très surprenantes.

C’est ainsi que s’achève mon super séjour en suède !

Je programmerai un article dédié au voyage en solo car c’était une expérience super enrichissante et à faire une fois dans sa vie pour un méga shot de confiance en soi.

#girlpower

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*