La Bretagne, ça vous gagne! #GR34

La Bretagne, ça vous gagne

Nous chauvins? PAS DU TOUT!

Bon ok peut être un peu! Il faut dire qu’il y a tant à découvrir en Bzh 🙂 Et puis surtout, malgré le dénivelé relativement faible, le Gr 34, ce sentier qui fait tout le tour de la Bretagne, nous a bien servi pour nos entraîner à notre défi 2017 : le Gr 20.

Pour tester notre matos et entraîner nos guiboles on a donc décidé de parcourir le gr 34 en long en large et en travers! 

Vous ne connaissez pas encore la Bretagne? On vous emmène!

Pour commencer, on a fait des portions du GR 34 pendant nos week end sur une dizaine de kilomètres à chaque fois. Le plus drôle c’est qu’en discutant avec d’autres Gristes on s’est avoué qu’on avait usé de la même technique pour s’entraîner : remplir nos sacs à dos de tout ce qui traîne dans l’appart (un pack d’eau, des vêtements…) avant d’aller marcher! On fait avec les moyens du bord hein…

De Roscoff à Lilia, 80km en 3.5 jours

Ca nous a pris comme ça, un week end. il faisait beau, on avait la possibilité de poser des congés. Zou! Direction Roscoff pour parcourir le GR 34 vers l’Ouest. Notre objectif? Atteindre le phare de l’île vierge sur la commune de Lilia. On avait plus ou moins évalué la randonnée à 80km. Ca nous semblait réalisable sur 3.5jours. La question principale c’était :

« Une fois à Lilia, on fait comment pour revenir à Roscoff où on a laissé la voiture?

-Je sais pas!

-Moi non plus

-Et ben on verra bien au moment venu! »

Ni une ni deux, on a préparé nos sacs, la tente, le réchaud, le chargeur solaire pour le téléphone…

Roscoff est célèbre pour ses artichauts et surtout ses oignons rouges! Même si on a prévu toute la nourriture dans nos sacs, au pire on sait qu’on ne mourra pas de faim!

Roscoff

On a eu du bol avec la météo : un ciel bleu et un soleil au top pour notre première journée. Ne connaissant pas trop le Finistère Nord j’ai été agréablement surprise de découvrir ces gros blocs de granites et ces longues plages de sable blanc qui alternent avec les dunes. L’eau, certes à 15°C a au moins le mérite d’être d’un bleu turquoise digne des caraïbes! 

GR 34, Finistère Nord

Physiquement, c’était une autre histoire. Même sur du plat c’est dur de marcher avec 10 kilos sur le dos. On a même eu parfois des crampes dans les fesses et l’arrière du genou. Je pense qu’à plat on a tendance à marcher beaucoup plus vite. On préserve ses articulations mais on sollicite plus les muscles de l’arrière de la jambe!

Ce qui nous a rassuré c’est que tous les matins on était en forme, prêts à attaquer une nouvelle journée de randonnée! Les étirements, les massages et le repos en fin de journée on été très efficaces.

Roscoff

Il faisait tellement bon, on a même enlevé les chaussures à certains moments. A vrai dire, ça nous a surtout servi lorsqu’on a eu besoin de traverser une rivière qui se déversait dans la mer. La flemme de faire le grand tour! On se déchausse, on traverse, on sèche nos pieds, on remet nos chaussures de randos, on retrouve le sentier et c’est reparti!

la traversée du désert breton

Sauf que n’ayant pas bien étudié la carte, on s’est fait avoir par une deuxième rivière quelques mètres plus loin. Merde!

« La mer monte, il faut faire vite, on fait le tour où on traverse cette rivière qui est plus proche du marécage envasé? »

Le résultat : des pieds qui puent! Hmmm ça va être sympa dans la tente ce soir!

Cette prise de risque valait le coup, on arrive dans le petit village de Mogueriec où les paysages sont magnifiques. Eau turquoise une fois de plus, petit phare tout mignon. Il n’y a pas de doute, on est bien en Bretagne!

Nous avons passé deux nuits en camping sauvage et une autre dans le seul camping ouvert au mois d’avril histoire de prendre une vraie douche!

Coucher de soleil sur le camping

Même l’herbe brille dans le Finistère <3

On n’avait pas appréhendé qu’il ferait si froid, à peine plus de 2/3°C chaque nuit. On a vraiment caillé. Et on s’est rendu compte que nos sacs de couchage n’étaient pas hyper adaptés. On a commencé à flipper pour le gr20…

Le point positif dans tout ça c’est qu’au bout du troisième jour on a commencé à apercevoir le phare de Lilia au loin, notre destination finale. N’ayant pas super bien géré les provisions on a fini par atteindre notre objectif mais le ventre bien vide! Par chance on a dégoté une super crêperie dans le village de Lilia : « la route du phare ». On a profité d’avoir un peu de 3G pour vérifier les horaires de bus et la surprise, un bus passe dans… 10 minutes! Ni une ni deux on engloutit nos crêpes comme jamais auparavant. Et on entame un sprint jusqu’à l’arret de bus. C’est ainsi que l’on rentrera jusqu’à Roscoff pour retrouver notre voiture qui nous attend. Tout est bien qui finit bien 🙂

Le GR 34 Costarmoricain

Le Finistère c’est bien, les Côtes d’Armor c’est encore mieux 😉 Toutes ces randonnées nous ont permis de redécouvrir notre beau département : d’abord à Plouha avec notre chouchou dans le coin : Gwin Zegal (je sais c’est bizarre comme nom), ensuite à Ploumanac’h puis plus à l’est aux alentours du cap Fréhel.

Gwin zegal, Plouha

Drôles de roches, Plouezec

 

Ploumanac’h

Cap Fréhel

Tips : en toute saison le cap fréhel vaut le détour. L’été, la bruyère est en fleurs. Le contraste avec les ajoncs jaunes rend le paysage absolument magique! Depuis les falaises vous avez une vue magnifique. Le top? Y aller pour faire une petite session surf!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*